Marcello Vitali-Rosati - Livres en libre accès

Mes livres - Égarements. Amour, mort et identités numériques (2014) et S’orienter dans le virtuel (2012), publiés chez Hermann dans la collection « Cultures numériques » dirigée par Milad Doueihi – sont désormais accessibles en open access ici. Je remercie Hermann d’avoir accepté cette solution.

S’orienter dans le virtuel

S’orienter dans le virtuel est sorti chez Hermann en 2012.
L’édition papier est disponible ici.

Sur ce site vous trouverez une version en html en libre accès. La plateforme de lecture a été réalisée par Owell pour la collection Parcours numériques aux Presses de l’Université de Montréal.

Fictif, artificiel, imaginaire, trompeur, immatériel, irréel, impalpable, invisible, mystérieux... Lorsque l’on pense au virtuel, une foule d’idées nous submerge. Concept aux valeurs sémantiques multiformes et aux différents usages, sa signification reste floue et son sens en perpétuel mouvement. Qu’est-ce « réellement » que le virtuel ? Quel rapport entre le sens philosophique et son emploi dans le domaine du numérique ? Quelles sont ses implications politiques ? Quelle conception de la réalité en découle ? Ce livre se veut une cartographie offrant des repères stables pour s’orienter et naviguer à travers le concept de virtuel. L’effet d’un phare en plein brouillard...

Égarements. Amour mort et identités numériques

Égarements est sorti chez Hermann en 2014.
L’édition papier est disponible ici.

Sur ce site vous trouverez une version en html en libre accès. La plateforme de lecture a été réalisée par Owell pour la collection Parcours numériques aux Presses de l’Université de Montréal.

Êtes-vous prêts à partir en voyage ? Une quête qui a pour but de répondre à une question qui d’universelle finit par sembler banale. Un voyage à la recherche de nos identités. Qui suis-je ? Ou plutôt : c’est quoi, moi ? Ici ni carte, ni plan. À l’écart des sentiers battus, il nous faudra naviguer jusqu’à l’égarement, à l’affût des traces que chacun laisse. L’égarement est la condition de possibilité de ce parcours. Sur ce chemin qui n’en est pas un, quelques étapes indispensables : l’amour, la mort. Comment contribuent-ils à produire notre identité ? De cet égarement en naîtra un second, en apparence bien plus dépaysant, celui qui nous mènera à parcourir l’espace virtuel engendré par nos existences numériques. C’est ici, semble-t-il, entre profils, pseudonymes, avatars et traces numériques, que se joue aujourd’hui le jeu de l’identité.