Tag Archives: colloque


Lettres ouvertes

Le 14 février 2014, pendant que mon livre Égarements sortait outre-Atlantique, je participais à la journée « Lettres ouvertes » organisée par la Faculté des Arts et des Sciences de l’Université de Montréal. Le principe pour les professeurs participants issus des 4 départements de la FAS (littératures de langue française, études anglaises, langues et littératures modernes et littérature comparée) : présenter son sujet en 10 minutes.

Dans mon intervention – La littérature et les robots - était question de Borges, d’algorithmes et de mes rêves d’enfants. Des propos résumés dans le journal Forum (où il est question du « petit Marcello »).

A lire ici :

Les départements de lettres se présentent en format condensé

 

 

Edit : Cette journée a donné lieu à un blog Lettres ouvertes, pour les chercheurs du département de Littératures de langue française de l’Université de Montréal.

[Voir le blog Lettres ouvertes]

 

Colloque étudiant en Littérature et résonances médiatiques

Le 28 février 2014, je serai conférencier-invité au Colloque étudiant en Littérature et résonances médiatiques (CLERM) à l’Université Concordia.

Ce colloque est organisé, pour la 2e année consécutive, par l’Association étudiante en littérature et résonances médiatiques (AELFeRM) et aura lieu dans les locaux du Laboratoire NT2 à Concordia.

Le titre de mon intervention :

La littérature numérique existe-t-elle ?

Affiche et présentation du colloque : Affiche du CLERM

Plus que jamais, la littérature résonne avec d’autres formes d’art : arts du spectacle et de la performance, arts visuels, arts médiatiques, bande dessinée, cinéma, musique, théâtre, danse, cirque. Le monde de l’écrit s’étend maintenant au-delà des frontières de l’imprimé et des médias traditionnels pour investir l’espace public, les plates-formes artistiques et les écrans numériques.

[Programme détaillé de la journée]

 

Horaires et lieux : 

De 9h45 à 16h00 – Université Concordia, Laboratoire NT2, au 1400, Maisonneuve Ouest, salle LB-621.

Parcours numériques et résistance

io

Photo prise pendant le colloque Francophonie et citoyenneté numérique à Sofia, le 16 octobre 2013.

 

Colloque : Rethinking Intermediality

J’interviens le 25 octobre 2013, avec mon collègue Jean-Marc Larrue, dans le cadre du colloque Rethinking Intermediality in the Digital Age organisé par la Sapientia Hungarian University of Transylvania, à Cluj-Napoca, en Roumanie.

Programme du colloque et résumés des communications.

Le titre de notre communication :

Questionning the in-between: the performative perspective 

Résumé en anglais : The concept of in-betweenness is, from its origin, so closely related to the intermedial episteme – it is what corresponds to the prefix « inter » – that it is difficult today to conceive Intermediality without referring to it, to the point, indeed, where intermediality and in-betweenness are almost synonymous. However, if after almost twenty years of intermedial reflection, we begin to have a better understanding of what intermediality is and of the important phenomena it causes (as an active force in the culture and society) and that it explains (as a scientific approach), we continue to ask ourselves what is « in-between » and what makes it exist. Since the beginning of the intermedial reflection we have extensively discussed the nature of this « in-between » which is firstly and mainly defined by what surrounds it. But this approach is problematic because it induces a sense of anticipation: if there is an in-between, there must be elements that allow it (an encounter requires discrete units that pre-exist the encounter; a center is defined by the margins or poles it is the center of). We want to question this conception. We suggest that what we call in-betweenness is, in fact, a constant performative thrust (Fischer-Lichte) which, by definition, continuously mobilizes, transforms and produces more performative thrusts that blur all traditional relations of anteriority and causality and make them hardly operative in an intermedial dynamics. Chiel Kattenbelt suggests that intermediality is only performativity and all intermedial phenomena should be considered in that perspective. This is what we hope to illustrate in this presentation, this is also the way we want to approach the concept of in-betweenness. What the in-between is the « inter » of – margins, poles, media components, etc. – could simply be a counter-effect of performativity. In other words, the concept of in-betweenness might well be a reductive and post- performative interpretation of the intermedial processes that are both global and continuous.

Colloque : Francophonie et citoyenneté numérique

Je serai le 16 octobre à Sofia en Bulgarie, sur invitation du Ministère français des affaires étrangères, dans le cadre du colloque Francophonie et citoyenneté numérique, organisé pour les 20 ans de l’adhésion de la Bulgarie à l’OIF.

Le titre de mon intervention sera :

Parcours numériques et résistance

Ce colloque est organisé par la Nouvelle Université Bulgare en partenariat avec l’Institut Français de Sofia et le Ministère des Affaires Étrangères français.

La problématique sera articulée en deux volets : Francophonie et société numérique, il s’agit d’analyser les différentes facettes des quotidiens numériques : l’e-gouvernement, l’e-learning, les arts numériques, la transformation de la diplomatie et les relations internationales dans le monde global de plus en plus informatisé ; et Francophonie et e-citoyenneté, afin de focaliser sur les acteurs de la société informatisée, la génération Why et les « natifs digitaux », sur les nouvelles formes de participation et d’engagement. Le projet est de participer à l’analyse des changements de la francophonie, à commencer par les versions.fr des grands logiciels de recherche en passant par les nouveaux medias francophones et en identifiant les facteurs et les acteurs de l’innovation et de ce nouveau dynamisme.

Next page →